Qu'est-ce qu'un couple à la retraite ?

 
Anonymous1700793, le 3/4/2019
Bonjour,

Je ne sais pas si je suis dans la bonne rubrique. Voilà mon problème, dans un mois je cesse mon activité professionnelle, il est temps pour moi de partir à la retraite.
Certains l'abordent avec impatience, d'autres avec crainte. Et bien moi je fais partie de ceux là.
Je suis mariée de puis 44 ans, et mon mari est à la retraite depuis presque 20 ans, retraité à l'âge de 50 ans, pour cause d'amiante, amiante qu'il n'a jamais cotoyée mais bon à l'époque ils n'étaient pas très regardant.
Pendant toutes ces années, il n'a rien fait de particulier, enfin à mon goût. Il n'avait qu'une hâte c'est que moi aussi je sois à la retraite. Mais moi pas du tout, on a 6 ans de différence, il était impensable que j'arrête.
J'ai repoussé le plus longtemps possible, j'avais toujours dit que j'arrêterai à 62 ans. et voilà j'y suis arrivée.
Alors où est le problème ? tout simplement que je perds ma liberté, et que déjà mon mari va se substituer au travail.
Pour mon mari un couple ce n'est pas deux personnes avec ses envies, ses désirs, sa liberté enfin tout ce qui fait la complicité et la bonne entente de entre 2 personnes.
Il dirige, il organise, il commande, il pense, mais ne fait rien. Je suis là pour exécuter.
Je voudrais lui faire comprendre, mais je ne sais comment faire. Il n'écoute pas, et si j'insiste il se fâche.
Je ne m'entends plus avec lui depuis de nombreuses années, on cohabite. Il vit comme il l'entend et pourtant il me dit sans arrêt que c'est lui qui fait des concessions et qu'il fait tout ce que je veux.
Bref, tous les soirs quand je me couche c'est l'angoisse, je pense à ce que sera ma vie, à tout ce que je veux faire, et que je pourrais faire que si je me bagarre. A tous les conflits que vont naitre !
J'ai peur, je ne sais pas comment aborder le sujet avec lui sans qu'il se fâche, je me tais donc et quand j'en ai trop marre, çà éclate, et là je crie, mais je sais que je ne dis rien de constructif. Lui crie aussi, il est violent en paroles et parfois plus et quand il se calme, il attend que je sois une femme douce et aimante, mais moi je ne peux pas.
Je sais qu'il ne faut pas imaginer ce qui pourrait se passer dans un mois, qu'il faut vivre le moment présent, je m'y efforce le plus possible. Je sais aussi que je manque de courage, je fais sans doute partie de ses femmes qui sont sous emprise, qui subissent et qui se taisent pour avoir la paix ou tout simplement parce qu'elles ont peur.
Je vois un psy depuis de nombreuses années, je progresse, je l'ai quitté à deux reprises, et à sa demande, je suis revenue, il me disait qu'on allait faire le nécessaire pour que cela aille mieux, mais en fait c'était à moi de faire des efforts, parce que lui n'a aucun reproche à se faire et si tout va mal, c'est de ma responsabilité.
On ne parle jamais de nous, de toutes façons il n'écoute pas, même après une crise, jamais.
Je reste à ruminer dans mon coin, je n'arrive pas à parler, j'écris, mais même mes écrits, il arrive à les déformer, à voir autre chose que ce que j'ai écrit.
Je ne demande pas grand chose, juste la liberté.
Un petit exemple : j'ai une amie qui a passé la nuit à la maison et ce matin, elle me demandait si c'était pas trop dur de se lever tôt. Je n'ai pas pu répondre, c'est lui qui a répondu à ma place. "Non c'est pas dur de se lever, après tout elle ne commence qu'à 7 heures, que dire des infirmières ?". Voilà il a fait sa propre réponse sans se demander ce que je ressentais de toutes façons, il ressent pour moi, il vit pour moi, il décide pour moi, il sait ce qui est bon ou pas.
Quelqu'un vit-il ce genre de situation ? Quelqu'un peut-il me dire comment s'en sortir ?
Je sens que je vais m'éteindre si je ne réagis pas.
Merci de m'avoir lu.
Bonne journée
Partager
53 messages