Isolée, je suis isolée.

 
Anonymous1983640, le 12/3/2019
Bonsoir,

Je suis une femme de 38 ans, je vis à Londres depuis 7 ans. L'année dernière, en juillet, je me suis rendue à Paris, un allé simple Eurostar, et une fois arrivée à Paris, j'ai marché dans les rues pendant 3 jours ne sachant pas ou aller. J'étais en situation de burn-out à cause des harcèlements que je subissais dans mon travail, et j'ai eu un comportement inhabituel, par peur.

J'ai une sœur qui vit en région parisienne, mais elle avait refusé par deux fois dans le passé de m'héberger, me disant que je l'avertissais toujours au dernier moment et que je la mets toujours sur le fait accompli, ce qui est faux. Du coup, je louais un petit appartement via Airbnb, et je faisais mes sorties à Paris en touriste.

Auparavant, cette sœur et moi avions de bonnes relations, elle est ma sœur cadette de 11 ans et a une fille de 6 ans. Je l'ai beaucoup aidée, notamment lorsque j'ai quitté Paris, je lui avais laissé des meubles et de l'électroménager, afin qu'elle s'installe dans son appartement avec sa fille. Lorsque j'allais à Paris, j'y allais principalement pour lui rendre visite et elle m'hébergeait, et je m'occupais de sa fille lorsqu'elle finissait son travail tard, j'allais la chercher à la crèche.

Puis en juillet 2018, à Paris, j'ai eu un comportement inhabituel. J'ai quitté Londres précipitamment, pour rejoindre Paris et j'ai marché dans les rues, sans savoir chez qui me rendre pour dormir. J'avais juste laissé un message vocal à mon père, qui lui vit sa retraite dans un autre pays, pour lui dire ma situation. Au bout de 3 jours, j'ai rallumé mon portable et ai écouté mes messages, avec le peu de batterie qui me restait. Mon père me disait de me rendre chez ma sœur, ce que j'ai fait à contre-coeur, car par le passé elle avait refusé de m'héberger.

Une fois arrivée chez ma sœur, son accueil a été décevant. Elle avait de la visite et peu de temps pour moi. Je lui ai demandé si je pouvais prendre une douche ce qu'elle a accepté, oubliant de me prêter une serviette. J'ai eu l'impression de mendier, et qu'elle ne s'était nullement inquiétée pour moi. Son visiteur parti, nous avons diné et j'ai demandé si elle pouvait me prêter un pyjama et si je pouvais dormir sur son canapé. J'ai aussi du lui demander de me prêter une couverture.

Je suis restée 1 semaine chez elle, et ce fut horrible. Elle me demandait d'effectuer des ménages, de s'occuper de sa fille et de faire la cuisine. Un soir, alors que nous étions toutes les deux seules chez elle, moi dans la chambre de sa fille tentant de me reposer, elle dans le salon en train de regarder la télé (ma TV que je lui avais aussi laissée), elle m'a dit que je devais respecter les règles de sa maison, sans que je comprenne vraiment de quelles règles elle voulait parler, car franchement, j'ai été alarmé de la façon dont elle élève sa fille qui souvent réclamait à manger pendant que sa mère dormait jusqu'à 12h le Week-end. Bref, nous avons eu un clash, très brutal, moi étant épuisée et en burn-out, elle me criant de faire ce qu'elle voulait sinon ''tu ne sais pas à qui tu as affaire ! ''.

Puis elle est sortie en trombe, et lorsqu'elle est revenue, 3 pompiers étaient dans le salon, me demandant mes papiers d'identité. J'ai eu le sentiment d'être une voleuse. Un profond sentiment d'inadéquation. J'ai alors demandé à ma sœur si elle souhaitait que je quitte son appartement. Elle s'est contentée de lever les yeux au ciel, sans me répondre. L'un des pompiers a demandé à lui parler en privé, ils sont sortis de l'appartement, moi j'ai dit aux deux autres pompiers restés à l'intérieur si je pouvais continuer de finir ma toilette pour aller me coucher, il était 21h passés. Lorsque le pompier et ma sœur sont revenus, il m'a rendu mes papiers d'identité, m'a dit qu'ils se sentaient inutiles et d'essayer de bien nous entendre, puis ils se sont excusés du dérangement auprès de moi. A ce jour encore, j'ignore quel était le motif d'intervention des pompiers.

Deux jours après, mon père arrivait à Paris, il est venu me rejoindre chez ma sœur et m'a annoncé que nous irions dormir à l'hôtel le soir-même. Mon père et moi avons quitté l'appartement de ma sœur le soi-même, et nous avons dormi dans un hôtel pendant 2 nuits. Puis je suis rentrée à Londres, totalement en perte de repères, ne comprenant pas le comportement de ma sœur, encore sous le choc des pompiers. Une fois de retour à Londres, j'ai été mise en arrêt de travail pour cause de stress de travail.

Quelques mois après, j'ai été hospitalisée en raison de ce burn-out et de ce stress de travail, et en plus continuant de me poser mille et une questions sur le comportement de ma sœur. Mais le pire n'était pas encore arrivé ! Durant mon séjour à l'hôpital, j'ai été expulsée de mon logement par mon propriétaire (je payais tous mes loyers sans faute), la raison étant selon lui que je ne lui tenais pas compagnie et que j'étais souvent dans ma chambre. J'ai ensuite été hébergée dans un logement d'urgence horrible pendant 2 mois et demi, puis j'ai retrouvé un appartement dans le privé. Durant ce séjour à l'hôpital, qui fut absolument désastreux et traumatisant, j'ai aussi perdu la totalité de mes biens dans un incendie. Une autre sœur, qui elle vit à Londres, avait stocké mes biens dans un local suite à mon expulsion, et ce local a pris feu, et elle n'avait pas assuré mes biens, donc j'ai réellement tout perdu. Cette sœur, qui vit à Londres, ne m'adresse plus la parole, et j'ignore pourquoi. Nous ne nous voyons pas, et à vrai dire je n'y tiens pas car je me souviens des coups qu'elle avait porté sur moi un soir de Noel chez notre mère il y a 9 ans, un coup de colère violent alors que je tentais simplement de lui dire de mieux s'habiller pour faire taire les rumeurs de ses mauvaises fréquentations.

Bref, ces deux sœurs, l'une vivant en région parisienne, et l'autre à Londres, sont mes sœurs cadettes. Je n'ai pas de leurs nouvelles, et aucunes ne prend des miennes. De plus, au fil des ans, mes amies ici à Londres sont rentrées en France, donc je suis isolée. Seuls mes parents prennent régulièrement de mes nouvelles. Et pour rompre un peu mon isolement social, j'ai décidé de me rendre dans l'église locale pour y trouver du réconfort. Je crois avoir frappé à la bonne porte, je m'y rends le dimanche pour la messe et après le service nous nous retrouvons autour de thé et café pour discuter, j'y fais des rencontres sympathiques. J'y vais aussi le mardi, pour rencontrer des personnes de toutes origines sociales et nous bavardons, autour de thé et gâteaux et nous déjeunons tous ensemble. Je me rends aussi toutes les deux semaines à un club de conversation en espagnol, au sein de la bibliothèque nationale espagnole à Londres. Voilà, histoire de reconstruire des liens sociaux. Car je ne travaille pas en ce moment, je suis encore en convalescence et je suis aussi une psychothérapie avec un psychologue basé à Paris, nos séances sont encourageantes.

Tout ceci pour dire que je suis dans une situation très difficile. La perte de la totalité de mes biens dans un incendie, mon séjour à l'hôpital, les relations avec mes sœurs, m'ont beaucoup fragilisée. Je me reconstruis un peu plus chaque jour, mais cela est si difficile ! Il me tarde tant d'être enfin à 100 pour 100, d'autant plus que je suis aussi en recherche active d'un nouvel emploi à Paris pour rentrer définitivement (j'ai peu de retours, deux mois de recherches actives et quelques entretiens qui n'ont pas débouché). J'ai des projets, mais je me sens parfois si seule et encore fatiguée.

Si vous m'avez lue jusqu'ici, merci ! Merci pour votre lecture, je lirai vos commentaires avec plaisir.
Partager
Répondre
6 messages